Malemort du Comtat, Centre d'excursions

On a coutume de dire que si l’on posait la carte du département de Vaucluse sur la pointe d’un compas, c’est exactement sur l’emplacement de notre village qu’elle se poserait ; cela pour montrer que Malemort constitue un point de départ idéal pour de nombreuses excursions à travers le département de Vaucluse, voire les départements limitrophes. Il y en a pour tous les goûts : l’Antiquité romaine (Orange… Vaison la romaine…St. Rémy de Provence…), l’Histoire (les Papes en Avignon… les juifs à Carpentras…) ou l’architecture religieuse (Sénanque).

Les amateurs d’activités sportives ne sont pas en reste : escalade dans le Dentelles de Montmirail, circuits VTT et naturellement l’escalade du Mont-Ventoux, les nombreux circuits pédestres, le deltaplane à Séderon, etc.).

La nature a été préservée autant qu’il était possible : la nature sauvage non encore « défigurée » que l’on trouve sur les pentes du Ventoux, le plateau de Sault ou les étendues désertes des monts de Vaucluse ou du plateau d’Albion et de la Montagne de Lure dans le « 04 ».

Si l’on trace des cercles concentriques ayant le village pour centre, on trouvera :

 

 

Dans un rayon de 10 kilomètres,
des bourgs et des villages de caractère, dans lesquels il fait bon flaner, nos voisins et (néanmoins) amis : MAZAN, BEDOIN, VENASQUE (baptistère du VIe siècle), SAINT-DIDIER, BLAUVAC, METHAMIS (le vieux village, l’entrée des gorges de la Nesque) , MORMOIRON (son plan d’eau), VILLES S/AUZON, la ville de PERNES LES FONTAINES (ses 40 fontaines publiques, sa porte Notre-Dame etc) et CARPENTRAS (à 12 km), son lacis de ruelles pitoresques au détour desquelles on trouve la cathédrale Saint Siffrein, la Synagogue, la porte d’Orange, l’hôtel-dieu et tant d’autres monuments (arc du 1er siècle, aqueduc du 18ème siècle etc.)

Dans un rayon de 20 kilomètres ou à peine plus :
cinq attractions touristiques à ne manquer sous aucun prétexte :

  • Site de L’ABBAYE DE SENANQUE ( 15 km) et, pendant qu’on y est, le célèbre village de Gordes qui domine toute la plaine d’Apt.
  • FONTAINE DE VAUCLUSE (30 km). avant Saumane, ne pas manquer « la Crémade», un des plus beaux mas de la région, qui abrite un charmant petit musée consacré à la « nature » en Provence (faune, fossiles, outils d’autrefois…) et, également, une fabrique artisanale de santons.
  • Le MONT VENTOUX (30 km), qui domine de ses 1912 mètres toute notre région. Du sommet on peut voir le Mont Blanc. De Malemort, la route la plus directe pour y monter passe par Mazan, Bedoin, Ste Colombe, le Chalet Reynard. Mais l’itinéraire par Malaucène, plus long et moins pentu, offre aux regards des paysages plus variés et tout aussi agréables, sans oublier le mémorable périple qui consiste à redescendre du Ventoux en direction de Sault, puis à emprunter la route touristique des gorges de la Nesle. Sur toutes ces routes, attention aux « deux-roues » extrêmement nombreux… et extrêmement vulnérables.
  • ROUSSILLON, et ses mines d’ocre.
  • Les DENTELLES de MONTMIRAIL, circuits pédestres, VTT, escalade.

Dans un rayon d’environ 35 km de Malemort

  • AVIGNON, son fameux pont, le Palais des Papes, le Festival. Le Pont du Gard (à 25 km, à l’ouest).
  • ORANGE, son théâtre romain. A signaler, à quelques kms d’Orange, près de Sérignan, l’HARMAS, le musée de l’entomologiste J.H. FABRE, avec son jardin botanique.
  • VAISON LA ROMAINE, pour ses vestiges romains… évidemment, mais pas que ! il y a un quartier médiéval qui vaut la promenade.
  • SAULT, pour ses champs de lavande (floraison : juin juillet), mais aussi pour la lumière, l’atmosphère très particulière de ce haut plateau où la Nature semble avoir été miraculeusement protégée (Saint Trinit, Ferassières… par exemple).

A peine plus loin…

  • Vers l’est : APT et le Pays de Luberon (parc national) puis, si l’on poursuit, les beautés du département « 04 » : MANOSQUE (la patrie de Giono), FORCALQUIER (l’Observatoire de Haute Provence), et du monastère de GANAGOBIE, SISTERON, LURS, DIGNE…
  • Vers le sud : CAVAILLON, et plus loin : St. REMY DE PROVENCE, les BAUX et le Pays des Alpilles.
  • Vers le nord : La ROUTE des VINS, Vacqueyras, Gigondas, Sablet, Séguret (à visiter aussi pour lui-même !), Rasteau… ou bien la route des montagnes : MONTBRUN, BARRET DE LIOURE, SEDERON, la vallée du Toulourenc, le village de BRANTES.

Pour plus d’informations : http://www.ventouxprovence.fr/accueil.html

Les Bories de la Garriguette

Durée : 2 heures environ
Longueur : 4,5 km
Difficulté : aucune, sinon celle de se repérer dans une végétation dense.

Il est recommandé de se munir d’une copie de la carte ci-jointe ainsi que du présent texte. Un « fléchage » de couleur orange a été mis en place sur le terrain.

Amis randonneurs, Vous allez traverser au cours de cette excursion des terrains agricoles privés. Vous êtes instamment priés de respecter les cultures, les récoltes sur pied… ainsi que les « bories » auxquels vous rendez visite. D’avance Merci.

A partir du parking attenant à la Mairie, prendre à gauche et descendre la rue Saint-Jean jusqu’à l’embranchement de la route de Mazan. Prendre la direction de Mazan puis, 150 m après l’intersection, tourner à droite dans le chemin de la Bonnefont qui monte légèrement.

Au bout de quelques dizaines de mètres, vous apercevez sur votre gauche la source et un lavoir. Suivez le chemin goudronné qui serpente au milieu des oliveraies. A l’intersection suivante, laissez la route goudronnée sur la droite pour emprunter à gauche un chemin empierré bordé sur sa droite par un remarquable mur en pierres sèches.

Après 300 mètres environ, vous serez à la hauteur du 1er des 21 bories, sur votre gauche. A l’intersection suivante (une vingtaine de mètres plus loin), tournez à gauche dans un chemin de terre. Tournez encore à gauche pour entrer dans une oliveraie et vous apercevrez sur votre droite le borie n°2. Revenez sur vos pas pour reprendre vers la gauche le sentier qui serpente entre les chênes sur 50 mètres (direction ouest) et tournez à gauche pour suivre un autre sentier plus étroit qui longe un mur en pierres sèches (direction sud) et vous conduit au borie n°3. Revenez sur le chemin et franchissez un petit muret pour prendre à droite un petit sentier sur 15 mètres qui débouche sur un 4ème borie inclus dans un mur en pierres sèches, en ruines mais qui a conservé une entrée intacte.

Pénétrez dans l’oliveraie en restant à droite jusqu’au prochain muret et prenez à gauche en descendant un chemin entre deux cerisaies. Au bout de 150 mètres, vous découvrez le borie n°5. Continuez le chemin sur votre gauche (balise) vers le borie n°6 qui se distingue par ses deux entrées (une en voûte et l’autre pourvue d’un linteau).

Contournez le borie et franchissez le muret en bordure de champ, direction nord, pour trouver une vigne et un 7ème borie (effondré). Poursuivez en longeant une vigne et un muret dans lequel est inclus le borie n°8. Au bout de la vigne, remontez sur votre gauche un chemin sur lequel débouchent plusieurs oliveraies limitrophes pour retrouver le chemin principal. Empruntez le sur 10 mètres et prenez un petit sentier sur votre gauche (au niveau de l’angle que fait le mur). Traversez l’oliveraie qui se trouve sur votre droite (balisage orange sur les troncs). Vous apercevez sur votre gauche le borie n°9. Contournez le, franchissez un talus assez raide et vous jouirez d’un beau point de vue sur la Plaine du Comtat. Au dessus, avant de tourner sur votre droite, n’oubliez pas le 10ème borie, à 50 mètres sur votre gauche.

Vous arrivez à la route goudronnée. Le parcours va continuer sur la gauche, mais auparavant vous êtes invité à faire une boucle en descendant sur 10 mètres à droite et entrer sur une parcelle en friche pour apercevoir le borie n°11. Contournez le et longez les 2 murs limitant l’oliveraie jusqu’à leur extrémité, tournez à gauche pour trouver le borie n°12 (en excellent état).

Rejoignez le chemin goudronné, prenez à gauche sur 400 mètres ; ça monte jusqu’à une clôture qui surplombe la carrière de gypse à ciel ouvert « SINIAT ». Longez la clôture jusqu’à la chapelle Saint-Antonin, à côté de laquelle se dissimule le borie n°13. Contournez la chapelle par la gauche pour atteindre le point culminant de la randonnée, avec un point de vue superbe sur le mont Ventoux et la carrière. Continuez sur le chemin qui passe devant le 14ème borie puis qui se poursuit plein sud vers une pinède, en empruntant un sentier. Au bout, prendre à droite ; le borie n°15 est sur votre gauche. Traverser une clairière, puis tout droit sur 80 mètres sur un sentier à travers les arbres, pour contempler la vue panoramique sur le village de Malemort et le borie n°16.

Revenez sur vos pas jusqu’à la clairière, appuyez sur votre gauche pour la traverser. Vous trouvez un chemin mieux tracé qui descend vers le borie n°17. Un peu plus bas, au flanc d’un mur en pierre sèche, on peut voir un « escalier volant » original, permettant l’accès à la parcelle en surplomb. Ne l’empruntez pas mais longez le mur, direction nord, jusqu’au 18ème borie, dans les chênes. Redescendre sur votre gauche, en longeant des parcelles de cerisiers, contournez l’extrémité du mur de pierre (arrondie) et revenez sur vos pas en contrebas de ce mur pour trouver les 19ème et 20ème bories. Longez les cerisiers par la gauche pour rejoindre le chemin carrossable qui surplombe le 21ème et dernier borie.

Descendez vers le village en passant devant le cimetière où repose le félibre Félix Gras. Rejoindre en contrebas la route pour revenir à votre point de départ.

Si vous avez le temps, n’hésitez pas à visiter le vieux village…

 

Télécharger & Imprimer le parcours